Coup d'état à la GLEDF.

Pour bien comprendre le fonctionnement et le dysfonctionnement actuel de la Grande Loge Égyptienne de France, il est nécessaire d'avoir une vue objective sur sa structuration.

1) La Grande Loge Égyptienne de France (GLEDF) dépend, comme cela sera le cas des autres Grandes Loges Égyptienne (2 projets en cours), du Régime Égyptien de Memphis & Misraïm (REMM).

C'est le REMM qui émet, comme à l’époque de Robert AMBELAIN et de Gérard KLOPPEL, les règlements de fonctionnement dans un document appelé : Grandes Constitutions et Règlements Généraux.

Chaque membres des Grandes Loges Égyptiennes signant un Engagement personnel de respect des Grandes Constitutions et Règlements Généraux, (règlement intérieur de la GLEDF, tant sur le plan initiatique que sur le plan civil).

2) La Grande Loge Égyptienne de France, est juridiquement représentée par une association loi 1901, portant ce nom. Celle ci à été enregistrée au JO, le 25 octobre 2007.

Elle à sous la volonté de Castelli, été transformée en Garibadi France, déclaration du 23 juillet 2009, elle est redevenue Grande Loge Égyptienne de France, lors de l'assemblée générale extraordinaire du 9 février 2013 en présence de R. M. qui est alors devenu Grand Maître adjoint en charge des loges symboliques.

Ci après l'extrait de la convocation.

  • Interruption temporaire de la tenue pour se constituer en AG civiles (AG extraordinaires et Ordinaires).

...

- Pour Garibaldi France, reprise de son nom d'origine soit : Grande   Loge Égyptienne de France (modification des statuts).

...

- Désignation du bureau pour les déclarations en préfecture.

Vote à l'unanimité, y compris R. M. représentant la loge Bonaparte, de Nice.

L'enregistrement en préfecture a été fait, seulement  en août 2014, donc tardivement, mais en toute légalité, suite aux graves problèmes de santé du Grand Maître, qui ont commencé par une péritonite avec septicémie le 4 avril 2013, problèmes non encore terminés à cause de la découverte d'un cancer du colon, suite à cette 1ère intervention et des complications.

Le trésorier, cosignataire pour le dépôt n'a fait que sont travail en tant que membre du bureau.

R. M., s'est chargé de l'organisation du convent le 10 mai 2014.

Il a du me remplacer pour présider celui-ci, suite au refus des médecins de me laisser me déplacer.

J'ai bien entendu demandé des informations : Comment s'était passé le convent ?

Excepté le : Tout c'est bien passé, aucune information claire et aucun compte rendu du secrétaire national.

J'ai compris le pourquoi, suite à plusieurs indiscrétions de Frères présents.

Les règles fondamentales du droit, n'ont en aucun cas été respectées.

Il y a eut, des personnes conviées qui n'auraient pas du l'être, des votes non conformes aux Grandes Constitutions et un faux-semblant d'assemblée générale civile de la GLEDF, donc nulle et non avenue, etc, etc.

Au regard de cette nullité de l'AG civile, j'ai répondu positivement à la proposition du Grand Orateur, avocat de profession, de rester Président civil de la GLEDF, jusqu’à l'organisation d'une nouvelle AG, régulière cette fois, AG qui aurait lieu lors du prochain convent.

Ce qui bien entendu n'était pas du goût, du nouveau Grand Maître désigné par le convent, mais non ratifié par le Souverain Sanctuaire International, conformément à l'article 23 des Grandes Constitutions.

Ce n'est que le 10 juillet, quand j'ai reçu le discours d'ouverture du convent, que j'ai compris jusqu’où pouvait aller le non respect du droit.

R. M. à déclaré, en convent, le changement de nom de la Grande Loge Égyptienne de France, en Grande Loge Égyptienne Régulière de France.

Pour un tel changement, comme cela lui à été indiqué, il eut fallu, au préalable, une décision du Souverain Sanctuaire International (SSI), ce qui n'a jamais été fait et que je certifie en tant que Président du SSI.

Il eut fallu, également, après cet accord, si y avait eut accord, l'organisation d'une assemblée générale extraordinaire de la structure civile de la GLEDF, pour ce changement de nom, ce qui la encore n'a jamais été fait.

Pire encore, sur plusieurs médias, facebook et autre, il claironne ce nouveau nom, en précisant : Présentée, acceptée et soutenu par notre Souverain Sanctuaire, validant la modification de notre nom.

Cela relève de l’escroquerie.

Il signe bien entendu :

Le Grand Maître
Grande Loge Égyptienne Régulière de France.
R. M.

Précisons également la demande sans délais de R. M. en date du 28 juillet, pour une réunion extraordinaire du SSI, convocation transmise par A. P., sans aucune approbation et avec le refus du Président, pour le lundi 4 août 2014, avec à l'ordre du jour :

Proposition de modifier le nom Grande Loge Égyptienne de France (G.L.E.D.F.) en rajoutant : Régulière. Le nouveau nom serait donc : Grande Loge Égyptienne Régulière de France (G.L.E.D.R.F.).

Trouvez l'erreur, déclaration sur les médias d'une approbation lors du convent avec le soutient du SSI, le 10 mai et proposition d'ajout de régulière lors d'une réunion le 4 août soit 3 mois après.

Mensonge et illégalité toujours et encore.

 

J'ai souhaité, lors d'une transaction, demandée par R. M., pour obtenir, par forcing, les documents civils de l'obédience, alors qu'il n'est pas le président civil et toujours pas agréé par le SSI, que toutes les informations, correspondant à des faux, soient enlevées des médias extérieurs ainsi que de nouveaux rituels faits sous le titre d'un nouvel Ordre, inconnu de moi même : L'Ordre Maçonnique Oriental de Memphis-Misraïm.

Le chapeau est grand, le magicien peut donc faire apparaitre tout ce qu'il veut, ce n'est plus de l'Ordre, mais du désordre.

La seule réponse à ma demande de pouvoir revenir à la légalité est un magnifique balustre, signé de R. M., au titre de Grand Maître de la GLERDF, adressé normalement aux responsables de nos loges, balustre contenant de nombreux faux (une fois de plus), m'excluant d'une GLERDF qui n'a aucune existence légale, sous couvert de l'Ordre Maçonnique Oriental de Memphis-Misraïm, là encore, une illusion de l'esprit, qui est sorti du chapeau comme par enchantement, m'interdisant même, les ateliers Hermétiques qui ne sont pas du ressort de la GLEDF, mais du REMM dont je suis Président.

C'est tout et n'importe quoi, impossible de ne pas en rire.

Plus grave encore, ce document à été envoyé à l'extérieur de la Maçonnerie, ce qui se caractérise par le terme de délation et ce, uniquement dans le désir de nuire.

Une question enfin, comment peut on se prévaloir du soutien ou de la couverture, d'un grand conseil qui n'existe pas, que R. M., quand on lui pose la question, indique que c'est le collège des grands officiers, alors que l'ensemble de ses membres, ne sont pas informés.

Là encore, cherchez l'erreur.

La question fondamentale est donc :

Comment travailler en collaboration avec de tels individus qui déshonorent la Franc-Maçonnerie, par le non droit et ne respectent en rien leur Engagement personnel de respect des Grandes Constitutions et Règlements Généraux, ni leur serment d'apprenti ?

La réponse est simple : Cela est impossible.

Dernier point, pour faire cesser les ragots de malversation, tous les éléments administratifs civils de la GLEDF, qui sont du ressort du Président civil de la GLEDF, que je suis toujours, vont être regroupés et mis sous séquestre le plus rapidement possible, auprès d'un avocat ou d'un notaire.

Ceci est un premier jet d'explications, par rapport au coup d'état fomenté par R. M. et A. P..

D'autres, vous seront prochainement présentées, qui ne feront que renforcer ce triste spectacle.

J'ai dit.

Gérard HAREL

Grand Maître démissionnaire de la GLEDF mais non encore officiellement et légalement remplacé.

Président civil de la GLEDF

Président du Souverain sanctuaire International du REMM.

 

 

×